Archives

Retour
78
Edito

« Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. »

Antoine de Saint-Exupéry

Régulièrement attribuée à l’auteur du « Petit Prince », cette phrase souvent citée pourrait avoir une origine plus lointaine, d’aucuns prétendant qu’elle est amérindienne. On serait tenté de les croire, au vu de la symbiose exemplaire qu’entretenaient les peuples américains précolombiens avec la Nature. Quelques uns d’entre eux ont réussi à garder ces liens immémoriaux leur permettant de la comprendre comme très peu, de la vivre. Ne prétendons toutefois pas qu’il suffirait de suivre leur exemple pour résoudre les maux dont soufre notre planète… D’autres moyens sont à notre portée afin de nous permettre d’approcher un meilleur équilibre avec notre environnement naturel, tout en respectant certains standards de vie que nous nous sommes fixés plus ou moins arbitrairement. En viticulture, d’importants efforts sont placés dans la recherche afin de notamment minimiser les impacts environnementaux et de mieux comprendre les interactions entre vigne, sol, flore et faune. Les articles sur l’enherbement (p. 7 et p. 9) et l’arboriculture (p. 15) en sont en bel exemple. Le Guide pour l’implantation d’une vigne, joint à ce numéro d’Objectif, en est un autre. Fruit d’une collaboration entre l’Etat de Genève, l’Ecole d’Ingénieurs de Changins, l’Association des Organisations Viticoles Genevoises et la HES-SO, il condense et vulgarise les nombreuses observations résultant de l’Etude des terroirs viticoles de Genève réalisée de 2004 à 2010. Il s’agit d’un outil informatif pratique et utile que l’Association des Diplômés de Changins se fait le plaisir de participer à distribuer. Comprendre et s’intéresser à notre environnement naturel, ne veut pour autant pas dire qu’on peut se permettre d’en négliger un autre : notre environnement économique. Plutôt morose sur territoire européen ces temps-ci, il devrait en particulier nous inciter à nous pencher sur le marketing vitivinicole. Des initiatives extérieures comme celles des vins toscans (p. 32) sont une source d’inspiration à ne pas négliger. Une autre piste à envisager touche à la gestion et à l’identité de la marque. Comme vous pourrez le lire ( p. 19 ), une marque est bien plus qu’un produit : c’est un univers construit et réfléchi qui permet de tisser des liens durables avec le consommateur. Mieux vaut donc l’approcher avec toute l’attention qu’elle mérite. Je vous souhaite une très bonne lecture.

Richard Pfister
Patrimoine

De la distinction

Noémie Graff

p.1
Edito

« Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres »

Richard Pfister

p.5
Sciences

Viticulture / p.7

Etude sur l’optimisation de l’enherbement de la vigne

Olivier Conne

Œnologie / p.11

L’ozone gazeux pour la désinfection des barriques

Fernand-Nicolas Camallonga

Arboriculture / p.15

Des champignons pour gérer les insectes ravageurs

D. Fleury, D. Vuagnat, I. Fleury, François Lefort

Dossier

Au cœur des marques

Simone de Montmollin

p.19
Portfolio

La salamandre symbolique

Pierre Baumgart

p.23
Actualités

Echo des vignobles – Primeurs Toscans / p.32

Richard Pfister

Echo des vignobles – Vieux flacons en Lavaux / p.34

Dorian Amar

Eclairages

USOE / p.37

Actualiser son savoir pour mieux vendre son vin

EIC / p.39

Cité Métiers 2012, Cérémonie des promotions

ADC / p.37

L’ADC cherche un-e chargé-e de marketing

SPAA / p.42

Un nouvel étiquetage des toxiques en vue

Philippe Cossy

p.44

DECOUVREZ 40 ANS DE PUBLICATION! Tous les numéros d’OBJECTIF sont disponibles ici en format pdf. Tous droits réservés

 

Création de sites internet © LemanSites.ch
Votre produit a été ajouté au caddie